• Et puis les touristes...

     

    Plaque commémorative en français au cimetière de Powazkowski

     

    Aujourd'hui, sort en France le film " Et puis les touristes " (" Am Ende kommen Touristen " en VO)(Il me semble que l'expression vient d'une phrase célèbre évoquant la future dénaturation des lieux ; Si quelqu'un est capable de me la retrouver, je le bénis jusqu'à la troisième génération). Vous avez peut-être entendu parler de cette production germano-polono-anglaise, elle a fait partie de la sélection officielle du Festival de Cannes 2007 dans la catégorie " Un certain regard" .

    C'est l'histoire d'un jeune Allemand qui effectue son service civil à Oswiecim (plus connu sous le nom allemand d'Auschwitz). Il doit accompagner dans sa vie Stanislas Krzeminski, un vieil homme de 80 ans, survivant du camp. Il se liera également avec une jeune Polonaise, guide au musée du camp et résidant depuis toujours dans la ville.

     

     

    Je ne vais pas vous faire une critique de film, tout simplement parce que je ne l'ai pas vu. Apparemment il est passé en Pologne l'été dernier donc je l'ai raté ; et en plus, je ne suis pas sûre de comprendre assez l'allemand sous-titré en polonais pour apprécier le film à sa juste valeur.

     

    Mais j'en parle quand même parce qu'il semblerait qu'il traite d'une problématique vraiment dans l'air du temps polonais : l'équilibre complexe entre le devoir de mémoire et le droit à un retour à la normalité. Au risque de me répéter, je suis toujours étonnée par le rapport qu'entretien Varsovie (et la Pologne en général, même si je connais moins) avec son passé. On croise à tous les coins de rue des plaques commémoratives rappelant un lieu de combat, d'habitation ou de décès. Il y a un musée gigantesque, plus que complet et réellement intéressant (les trois premières heures) sur l'insurrection de la ville. Mais il faut avoir travaillé dans les renseignements généraux pour trouver des restes du célébrissime ghetto de Varsovie ou pour connaître les dates et lieux des différentes commémorations. On a parfois l'impression que les Polonais n'ont commencé à panser et penser à leur passé qu'à la chute du mur.

    C'est la grande question : que faut-il faire en premier, se souvenir ou passer à autre chose ?

     

    Site officiel du film

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :