• Une autre ville, une autre vie

     

    Non, non, je n'ai pas à nouveau changé d'avis et déménagé en secret, "une autre ville, une autre vie" est le nom d'une exposition à la galerie Zacheta (prononcez ZARENTA, avec un accent espagnol, ça passe pas mal...). D'après ce qu'on avait compris avant, l'expo abordait les changements architecturaux et sociaux dans les anciens pays du bloc soviétique.

     

    Une fois passé le barrage du vigile étonné qu'on aille voir ça, on s'est retrouvées devant une exposition principalement filmographique, avec un peu de tout...

     

    Des films incompréhensibles, pas à cause de la langue mais plutôt sur le fond :

    Pourquoi filmer des gens qui font des pompes (même si c'est joli visuellement, sur ce fond blanc) ?

    Est-ce de l'art de filmer une réunion de travail sur comment transformer une cité d'habitation en œuvre d'art justement dans le but d'être exposé dans la galerie précitée (le serpent qui se mord la queue) ?

    Y a-t-il vraiment un but artistique à ces images d'une usine de verre abandonnée avec juste une voix qui égraine le nombre de licenciés ?

     

    Des films intrigants comme cette jeune femme pieds nus devant un magasin de Varsovie en plein hiver...

    Cette visite guidée de Sofia avec les bandes noires au milieu de l'écran...

    Cette collection d'abris-bus...

    Cette barre d'immeuble mi-habitée mi-abandonnée en pleine construction

     

    Un film vraiment intéressant bien que déprimant et "optimisant" en même temps sur cette initiative allemande à Bucarest: amener l'art dans la rue (et plus si affinité).

    D'un côté, ils ont emballé quatre trams aux couleurs de la police locale, de l'armée, de l'église et de la croix rouge. Voir les gens se signer en croisant l'église ambulante, penser qu'il y aura moins de voleurs dans le tram-policier... c'est assez comique.

    D'un autre, accompagner des tziganes dans leur tournée de récolte de fer, filmer les réactions des Roumains aux phrases criées "nous achetons du fer... j'aime mon pays, je suis fière de mon pays"... c'est moins comique...

    Et regarder les rues, les gens, les comportements et se dire "Oh mon dieu, dire que A. vit là-bas maintenant..."

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :